Ateliers de graffiti

Le graffiti est devenu un phénomène courant et les ateliers de graffiti sont donc également très populaires. Les gens aiment créer quelque chose. Des ateliers de graffiti sont organisés pour les fêtes d’enfants, les sorties d’entreprise ou par exemple les week-ends en famille.

Il existe de nombreuses entreprises, dirigées par des graffeurs, qui organisent des ateliers au quotidien. C’est une bonne façon d’apprendre auprès d’un professionnel, mais certaines personnes préfèrent organiser elles-mêmes un atelier. Nous recevons souvent des appels nous demandant quelles bombes aérosols et quelles couleurs sont les plus appropriées pour un atelier de graffiti.

Avec ce post, nous voulons expliquer certaines choses sur les ateliers de graffiti. Nous divisons les ateliers en deux formes. Vous avez l’atelier graffiti-lettre et l’atelier pochoir.

L’atelier de graffiti-lettre

Lors de l’atelier graffiti-lettre, le participant invente son propre nom de graffiti. Ensuite, il sera expliqué ce qui fait qu’une lettre est une lettre de graffiti. Vous apprendrez les bases des bits, des flèches et de la 3D et réaliserez un croquis sur la base de ces connaissances.
Cette esquisse vous la réaliserez ensuite sur une plaque de bois ou une grande toile (+/- de 100 x 60cm). Il faut de l’espace, sinon ça devient un violon. Vous apprendrez à construire une œuvre de graffiti. Tout d’abord, vous transférez le croquis de votre papier sur la plaque ou la toile. Ensuite, vous remplissez le croquis avec une ou plusieurs couleurs et motifs, après quoi vous appliquez l’ombre/3D. Lorsque tout cela est fait, vous fermez votre pièce avec un contour et enfin vous ajoutez les reflets.

Vous terminez l’atelier avec une pièce complète, que vous pouvez accrocher au-dessus de votre lit. Pour organiser cet atelier, il est important de savoir comment construire une œuvre de graffiti. Une bonne orientation n’est donc pas un luxe ! Enfin, il s’agit d’une très belle forme d’atelier pour se familiariser avec la forme classique du graffiti.

L’atelier d’art du pochoir

La deuxième forme d’atelier est l’atelier de dessin au pochoir. L’art du pochoir est connu par des artistes comme Bansky. L’art au pochoir peut être réalisé sur les murs des villes ainsi que sur des toiles plus petites (+/- 40 x 50cm). L’atelier peut être divisé en deux étapes. Tout d’abord, les participants peuvent concevoir puis découper leurs propres pochoirs, ou vous pouvez sauter cette étape et utiliser des pochoirs prêts à l’emploi (par exemple, les pochoirs de QBIX). Vous pouvez également le combiner. Il est amusant de découper ses propres lettres, ce qui permet de comprendre le principe. Par exemple, avec la lettre o, vous devez travailler avec des parenthèses, car sinon le milieu tombe. Les motifs et les dessins très détaillés sont plus ennuyeux à découper, vous pouvez utiliser un pochoir prêt à l’emploi pour cela.

La deuxième partie de l’atelier consiste à mettre en valeur votre toile. Vous commencez par le fond. Vous pouvez le rendre aussi fou que vous le souhaitez, pensez aux éclaboussures de peinture, aux motifs, etc. Lorsque vous avez terminé, vous devez laisser sécher complètement. Sinon, les pochoirs vont coller à la toile ! Heureusement, la peinture en spray sèche très rapidement.
Ensuite, vous continuez avec l’application des pochoirs. Le motif peut être quelconque, mais si vous utilisez un pochoir à deux couches, par exemple, il est conseillé d’utiliser un fort contraste de couleurs entre les deux couches.

L’atelier de street-art est un atelier très accessible pour les jeunes et les moins jeunes. Cette forme ne nécessite aucune connaissance pratique du graffiti et est donc plus accessible pour les ateliers sans encadrement professionnel.

Quelques points à prendre en compte

Pour un atelier graffiti, il est important d’avoir une bombe de peinture noir et blanc et autour d’elle une gamme de couleurs primaires. En plus des couleurs primaires, il est toujours agréable d’avoir une nuance plus foncée ou plus claire pour pouvoir faire des transitions. Plus les couleurs sont fraîches, plus le résultat final l’est aussi. Une astuce consiste à n’utiliser les bombes aérosol noires et blanches que lorsque les participants sont prêts à tracer les lettres du graffiti ou, dans le cas du stencil-art, les couches du pochoir (voir l’exemple de Biggie ci-dessus). Ainsi, la surface est toujours agréable.

Si vous allez travailler sur une plaque en bois, il est recommandé de la recouvrir d’abord de latex (le latex blanc bon marché d’Action convient parfaitement). Ainsi, la peinture ne pénètre pas trop dans la plaque et l’aérosol dure plus longtemps ! Avec une seule bombe, vous devriez pouvoir couvrir environ (selon l’utilisateur et le type de surface) deux mètres carrés.

Enfin, il est conseillé de travailler avec des bombes aérosols à basse pression et des capuchons minces. La basse pression permet (par rapport à la haute pression) de mieux contrôler l’aérosol et un capuchon fin permet d’obtenir des lignes fines, ce qui signifie que les gouttes ne coulent pas aussi rapidement.
Notre préférence pour les ateliers va donc aux bombes aérosols Flame Blue. Ils ont une faible pression et sont fournis en standard avec un bouchon skinny. Un avantage supplémentaire est qu’ils sont à base d’acrylique et donc moins toxiques !